Jacquards

Jacquards 1995-2011

 

Les Jacquards font partie d'une série de cartes sonores d'espaces (semi) construits. 

 

J'identifie d'abord des «motifs d'écoute», que je choisie en fonction de leur richesse plastique et de leur topique, elle même liée au mélange des effets :

  • acoustiques (architecture en dur, obstacles et matériaux présents [effets de contremur, de profondeur, de passages, sourdines aggravées, transitions attractives, dilatations plus ou moins immédiates])

  • climatiques (l'humidité ambiante, l'ensoleillement des espaces et/ou d'une partie des espaces entraînent des mouvements, notamment des courants d'air, qui stratifient la zone d'écoute, [effets de rubans (thermocline), de seuil, d'entonnoir, de goulots  infiltrants, poupées russes, compression/ décompression].

 

Ces effets animent le relief sonore, qui se compose d'innombrables mini-évènements et de chocs d'annonce qui ne cessent de se relayer et que je reporte ensuite sur papier millimétré, tout en empruntant l'écriture oui/non au tissage. La transformation des sons «purs» [acoustique directe] en sons «tempérés», c'est-à-dire climatiquement enrichis, génère des reports [glissandos, queues de comète, évasements, dilutions] et tremblements à l'intérieur du nuage sonore (zone de densification momentanée de ces effets), qui sont perceptibles au niveau de ma représentation [inquiétudes chorégraphiques et variations au niveau de la directivité des points et lignes; nuances et flous à l'intérieur des champs].

L'étude des zones dure environ quinze minutes par dessin lorsque je dessine outdoor [1] et jusqu'à une heure par dessin lorsque je dessine indoor [2]. 

 

[1] Images 1-3 Diaporama: Jacquards, carte sonore d'une partie de jardin à l'arrière d'une petite résidence (terrain en pente, aménagé en terrasses en terre retenues par des murs en pierre calcaires; les deux étages de la maison correspondant chacun à un palier; présence d'un canal d'eau d'arrosage surplombé d'un mur de soutènement en béton armé). Observation vers 11 heures du matin sur une durée ≈ 17 minutes. Point d'écoute un abri-sous-arbre  à l’ombre, qui se situe à l’arrière de la maison à hauteur du second étage. Température ambiante ≈ 20°.

[2]Images 4 8 Diaporama: Drawing Box, oeuvre collaborative avec Isabelle Sordage (paraboles  et univers sonore) à l'occasion de l'exposition Le temps de l'écoute, Villa Arson, Nice 2011 sur une proposition curatoriale d'Eric MANGION et Jean AVRILLA. Des fréquences pures sont dirigées vers la petite et la grande parabole. Cela produit des densifications stationnaires, dont j'ai dessiné la topologie. Observation entre 10h45 et 12h45 du matin (≈ 40 minutes par parabole et ≈ 2 x 20, pour le calage de la tête). Point d'écoute à ≈ 1,5 m des paraboles. Température ambiante ≈ 20°.